• Coraly Cox

APPRENDRE À LÂCHER PRISE AVEC BÉBÉ

Apprendre à lâcher prise… Plus facile à dire qu’à faire ! J’ai dû entendre cette phrase une centaine de fois depuis que Diego est né et pourtant, ça n’a pas été évident !

Moi qui aime que ma maison soit propre et un minimum rangée, cuisiner de bons petits plats et surtout faire des gâteaux, prendre soin de moi et m’apprêter même pour rester à la maison… Et bien depuis que Diego est né c’est le bordel chez nous ! Difficile de se faire à cette « nouvelle » vie mais on s’adapte. Ça met du temps d’arriver à prendre ses marques et de s’organiser d’une façon différente. Le plus dur c’était sans nul doute de ne plus avoir le temps ni l’envie de m’apprêter, même pour rester à la maison. Ça aura pris du temps pour revenir mais ça ne sera plus jamais comme avant…



MAIS LE LÂCHER-PRISE C’EST QUOI ?

Le lâcher-prise en tant que parent est le fait de s’avouer que nous ne pourrons pas être parfait ni toujours être là à veiller sur nos enfants pour leur éviter de souffrir.


Lâcher prise c’est constater que même en étant là à veiller, nos enfants ont des accidents et connaissent la tristesse ou la peur.


Lâcher prise c’est se faire confiance et faire confiance à son enfant.


Lâcher prise, c’est arrêter de craindre le pire, abandonner l’habitude de vouloir tout contrôler et de culpabiliser lorsque quelque chose de douloureux se produit.


Lâcher prise, c’est ne pas transmettre la peur irrationnelle d’agir (qui empêchera l’enfant d’explorer le monde et ses propres limites).


Pour lâcher-prise le plus important est la sécurité ainsi qu’une éducation bienveillante.


3 CONSEILS POUR LÂCHER PRISE

1. Ne pas faire à la place de l’enfant : le premier réflexe du lâcher-prise parental est de ne pas vouloir aider son enfant à tout prix. En les laissant faire on les laisse apprendre et prendre confiance en eux.

2. Encourager et rappeler les réussites passées : “ Je te fais confiance, tu vas y arriver “ : cela renforcera grandement sa confiance en lui, et lui donnera envie d’aller encore plus loin.

3. Travailler sur son intelligence émotionnelle : C'est très important car l’enfant doit avoir confiance en ce qu’il ressent pour évoluer dans la vie et ses émotions sont ses meilleurs guides !


Pour la petite anecdote, il y a quelques semaines, des amis sont venus mangés chez nous et j’avais fait le ménage à fond (dans des conditions extrêmes étant donné que Diego était ronchon donc bébé dans le porte bébé avec maman qui fait le ménage) puis lorsque tout était prêt, j’ai préparé l’apéro, surveiller la cuisson du repas, dresser la table, etc… toujours avec bébé bien évidemment ! Est venu le moment de me préparer : il me restait 20 minutes avant leur arrivée et papa est revenu des courses de dernières minutes. Ouf il a pris le relais avec Diego et je me suis speedée pour me préparer : maquillage rapide, pas le temps de me coiffer donc petit chignon improvisé. Concernant la tenue, j’avais opté pour une petite robe noire avec des collants et petites bottines camel… Mon cher et tendre sort le chien juste avant que nos amis arrivent et lorsque le chien revient dans la maison… Surprise ! De la boue partout… j’étais folle mais pas le choix : il fallait agir vite et repasser un coup de serpillère ! Je m’active, nos amis arrivent, le sol est encore trempe mais pas grave.

Nous nous sommes installés sur les canapés pour prendre l’apéro, j’avis Diego dans les bras et là… le drame ! Diego régurgite sur ma robe et le chien me grille les collants… j’étais dégoûtée ! J’avais envie d’hurler mais j’ai pris sur moi et je suis allée me changer : pull, jean et chausson, tant pis.

Morale de l’histoire : j’ai bien compris que c’est compliqué de se pomponner avec un bébé ! (Rires).


Enfin bref, tout ça pour dire que lâcher-prise est une évidence et s’impose à vous que vous le vouliez ou non sinon vous ne tiendriez jamais le rythme de cette nouvelle vie de parent ! C’est quand même difficile de devoir lâcher-prise contre son gré admettons-le !

Je sais que pendant les premiers mois de Diego, cela m’était impossible et je n’arrivais même pas à m’imaginer lâcher-prise dans un futur proche et pourtant… à partir des 8 mois de Diego j’ai commencé à me laisser aller et lui faire confiance ainsi que me faire confiance. Je le laissais faire (tout en le surveillant hein, faut pas déconner !), gambader un peu partout, essayer d’escalader des choses, attraper des trucs, jouer avec le chien mais surtout le plus important : je suis enfin arrivée à le laisser dans les bras des autres (famille, amis, etc). Ce fut vraiment le plus dur pour moi alors qu’en soi ce n’est rien. Dites-vous que je l’ai laissé à quelqu’un d’autre seulement à ses 9 mois et c’était pour 2h, à ma mère ! Moi mère poule ? Pas du touuuuuut ! (Rires). Je ne vivais pas et pourtant ça m’a fait tellement de bien d’avoir ces deux heures rien que pour moi…


Aujourd’hui Diego a plus de 10 mois et je l’ai laissé pour la journée chez ma mère…parce que nous n’avions pas le choix mais ça reste quand même un grand pas pour moi ! Je ne sais pas pourquoi j’ai autant de mal à le lâcher… Peut-être parce qu’il nous a fait une frayeur quand il était plus petit avec la mort subite du nourrisson… Je ne sais pas mais en tous cas, il m’est impossible d’être loin de lui ! Je suis certaine que lorsqu’il entrera à l’école, c’est moi qui vais pleurer et pas lui ! (Rires).


Pour conclure, lâcher prise est vraiment difficile mais essayer petit à petit fait énormément de bien et vous permet de vous soulager et de laisser votre enfant s’épanouir ! On a beau tout faire pour être une maman parfaite pour notre bébé, on fait du mieux que l'on peut et tant qu'il y a de l'amour, tout est possible !

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout